2020 – Bilan de l’année, livrables et prospective

Bibliothèque nationale de France

Second bilan à la fin de l’année 2020

En automne et en hiver 2020, les restrictions sanitaires impactent moins le bon déroulé du projet. Les outils numériques à notre disposition nous permettent de pallier à certaines limitations et les formations, réunions, ainsi que l’éditathon qui avait été annulé au mois de Mai, ont lieu en distanciel. 

Toutefois, alors que les difficultés engendrées par la crise sanitaire s’amoindrissent, d’autres se font jour, du fait de l’étendue territoriale du projet.

Des difficultés liées à la taille de la région et à l’éclatement géographique des pôles.

5 pôles universitaires sont impliqués au sein d’e-c@na, avec pour effet de garantir la diversité et la complémentarité des sources, des acteurs, des moyens, et son dynamisme. Or, on  note également un éclatement des acteurs et espaces de conservation des archives (bibliothèques, centres d’archives, maisons d’écrivains, etc.), des acteurs en charge de la numérisation et de la valorisation des corpus, l’absence à l’échelle régionale de mutualisation des compétences en ingénierie documentaire et des plans de numérisation et de valorisation.

Ces difficultés sont augmentées par un réseau de transports au maillage hétérogène et les distances importantes entre les pôles. 

Afin de palier à ces limites, différentes actions ont été mises en place :

  • Poursuivre le travail de terrain pour consolider le réseau d’acteurs de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (réunions fréquentes des équipes, poursuite des ateliers de formation EnExDi, rencontres et publications scientifiques, travaux de réunification des corpus et analyse).
  • Impliquer davantage le secteur de la Culture : nous souhaitons parvenir à engager la BnF, principal acteur à l’échelle nationale de la conservation, de la numérisation et de la valorisation du patrimoine littéraire, à nos côtés ainsi qu’avec les structures en charge de l’animation des réseaux professionnels constitués autour du patrimoine littéraire (Drac Nouvelle-Aquitaine, ALCA). Nous envisageons de solliciter les services de la BnF pour la création d’une plateforme commune de numérisation et de valorisation des corpus d’auteurs régionaux, en partenariat avec le Centre d’Innovation Sociétal UBIC qui nous accompagne dans la suite de cette action.
  • Consolider le partenariat entre les acteurs de l’ESR et de la Culture : nous coorganisons avec UBIC les 23-24 novembre 2020 un éditathon avec le soutien de la Drac Nouvelle-Aquitaine et l’ALCA dans le cadre d’une  initiative de recherche-action consacrée à la Numérisation et valorisation des patrimoines d’auteurs néo-aquitains. Le travail de réflexion porte sur la co-construction de cette plateforme de numérisation et de valorisation évoquée plus haut, et les questionnements qui en découlent (pratiques des différentes parties prenantes du projet, modes d’accompagnement des acteurs du territoire, moyens techniques et intellectuels mis en œuvre).

Dans le cadre d’un projet de numérisation et de valorisation du patrimoine écrit, au sein duquel nous souhaitons impliquer à la fois des acteurs de la recherche et de la culture, il nous a semblé nécessaire à ce stade de faire appel à la BnF, principal acteur national dans ce domaine. Depuis plusieurs années, la BnF a mis au point un service de type bibliothèque numérique qu’elle déploie en région à la demande des institutions culturelles publiques. Il s’agit de développer à l’échelle locale (centres d’archives, réseaux de bibliothèques, agglomérations et communautés d’agglomérations, …) des plateformes en ligne proposant des ressources et des outils conçus à l’origine pour Gallica.

Livrable choisi : une plateforme de type Gallica marque blanche

Qu’est ce que c’est ?

A travers le projet de Gallica marque blanche (GMB), la BnF propose de mutualiser les outils et les services développés pour Gallica et d’en faire profiter ses partenaires, en proposant une offre de bibliothèque numérique en Marque Blanche.
Il s’agit d’un service réciproque, basé sur une logique d’enrichissement mutuel : les documents numérisés et mis en ligne viennent également enrichir les collections de Gallica.
Cette offre s’adresse aux établissements et organismes ayant numérisé ou souhaitant numériser une partie de leurs collections, mais n’ayant pas de plateforme de diffusion.

Le principe :

  • S’intégrer à la plateforme nationale.
  • En retour, bénéficier de la mise en place d’une bibliothèque numérique à son nom et avec une ergonomie choisie. 

Cela implique que la BnF assure le stockage des documents. Toutefois elle ne se substitue pas à un service d’archivage pérenne du type de celui proposé par le CINES, par certains services publics (notamment au sein des collectivités territoriales) ou par un opérateur privé. 

Techniquement :

Un environnement fonctionnel existant, des documents conservés sur un entrepôt commun, un schéma de départ similaire à Gallica, une ergonomie propre, des fonctionnalités qui évoluent avec la plateforme “mère” et pas indépendamment. Les partenaires acceptent cette forme d’interdépendance et de réciprocité en signant au préalable une convention avec la BnF. 

Engagements coté BnF

Engagements coté partenaire

Gestion, pilotage et suivi du projet sur le long terme

Mise à disposition pour le partenaire des personnes ressources 

Mise en place de l’infrastructure technique et réalisation de la bibliothèque numérique

Entretien et maintenance du site

Implémentation des évolutions techniques dans le site Marque Blanche

Gestion du projet coté partenaire avec mise en place d’une équipe opérationnelle dédiée

Mise en conformité des documents numériques selon les normes et recommandations édictées par la BNF en vue de leur intégration sur la plateforme nationale

Charte éditoriale et graphique à destination de la BNF pour la création du site en Marque Blanche

Enrichissement du site

Gestion du nom de domaine

Valorisation du site

Quelques exemples :

Nutrisco (Le Havre) : projet à l’échelle de l’agglomération. Les documents sont fournis par plusieurs institutions détentrices de patrimoine écrit (bibliothèque municipale, archives municipales, centre de recherches historiques, …)

Commun patrimoine : bibliothèque numérique patrimoniale du réseau des médiathèques de Plaine Commune

Yroise : Bibliothèque numérique de Brest

Pireneas : à la demande de la communauté d’agglomération Pau-Béarn-Pyrénées. C’est un fonds géographiquement étendu (Béarn et Midi-Pyrénées).

Rosalis : la bibliothèque patrimoniale de Toulouse est passée en Marque Blanche en 2020

Numistral : la BNU de Strasbourg est la 1ère à avoir intégré le dispositif Gallica marque blanche. 

Pour en savoir plus :

https://www.bnf.fr/fr/gallica-marque-blanche

https://www.bnf.fr/sites/default/files/2020-07/Gallica_marque_blanche_ete20.pdf

Pour conclure :

Le choix d’une bibliothèque en Gallica marque blanche nous semble être en cohérence avec l’ambition d’e-c@na de mobiliser un réseau de partenaires diversifié (institutions scientifiques et culturelles publiques), formant un maillage territorial à la fois dense et étendu (de l’échelle locale à régionale), au sein d’un projet régional censé toucher un public large, dépassant les frontières du domaine universitaire. 

Dans les faits, le projet présenté à la BnF par e-c@na, de bibliothèque numérique patrimoniale dédiée aux corpus d’auteurs de la Nouvelle-Aquitaine, est un projet ambitieux, à l’échelle d’une région, impliquant un réseau étendu de partenaires. Compte tenu de son envergure, il ne pourrait voir le jour qu’à partir de 2024. En attendant le groupe réfléchit à un livrable intermédiaire…

2019 – Actions sur le terrain

Aquitania, Ph. Briet, 1648. BNF

Le comité de pilotage et le calendrier étant définis, il est temps de lancer le travail sur le terrain : ce travail consiste en un état des lieux des corpus et projets, la mise en place des workflows, le soutien à des actions concrètes et l’organisation de manifestations et de formation, la valorisation du projet et du réseau, et à s’accorder avec les partenaires de la Région. 

Projets et objectifs 2019

Une réunion du comité de pilotage en avril 2019 a permis de définir précisément les objectifs pour 2019. La priorité est donnée à la collecte et à la valorisation des données produites sur le terrain par les collègues que nous avons identifiés: l’idée est émise de travailler à la visualisation des données des différents projets recensés, ce qui implique au préalable d’organiser et financer une mission de terrain pour collecter ces données. A ces fins, nous envisageons de conduire deux stages :

  • Un stage centré sur la collecte et la production de données
  • Un stage sur la valorisation des données.

Il convient de revenir sur la question de la valorisation. Il est nécessaire de cerner la notion dans notre contexte et elle ne revêt pas la même signification selon les acteurs et partenaires impliqués. Il semble important de réunir rapidement nos partenaires du secteur public et culturel afin de s’entendre avec eux sur cette question. Cependant, une chose est sûre : nous devons prendre en compte la question des usages pour définir des modes de valorisation adéquats, qu’il s’agisse de médiations ludiques et pédagogiques, mais aussi de médiation scientifique – le discours du chercheur – qui apporte son expertise et donc une forme de validité, de légitimité à l’information.

Une cartographie des projets autour des corpus est également soumise à discussion. Revenons tout d’abord sur l’enquête menée par Jessica de Bideran pour identifier les corpus d’auteurs régionaux dans les institutions culturelles publiques : elle fut difficile à mener en raison d’un projet parallèle de la Région, en partenariat avec la BNF, qui effectuait le même repérage à l’époque dans le cadre du Plan d’action pour le patrimoine écrit (PAPE) du Ministère de la Culture (voir : https://www.bnf.fr/fr/cooperation-regionale-et-action-territoriale-de-la-bnf). Par conséquent, peu de bibliothèques ont répondu au questionnaire envoyé. Avant d’envisager de redéployer l’enquête, il pourrait être intéressant de mutualiser nos résultats avec ceux de la Région, puisqu’ils sont nos partenaires dans le cadre d’e-c@na (en particulier la DRAC).

Nous souhaitons également signaler les projets existants et leurs résultats afin de visualiser la dynamique régionale autour des corpus d’auteurs :

  • Les ateliers et workshops organisés de façon à les signaler au niveau des écoles doctorales.
  • Les compétences et expertises techniques, théoriques et scientifiques développées dans les différents pôles régionaux.

E-c@na propose aussi de s’investir au sein du domaine plus général des Humanités Numériques et en particulier sur la question des données de la recherche :

E-c@na devra également s’inscrire dans les appels à projet du secteur culturel pour identifier ceux susceptibles d’entrer dans son programme, mais aussi s’accorder avec les partenaires et financeurs du secteur pour comprendre et harmoniser leurs attentes, leurs objectifs et propositions.

Afin de communiquer sur les actions d’e-c@na et de valoriser les différents projets qu’il accompagne, le carnet de recherches https://ecana.hypotheses.org/ est mis en ligne et alimenté en fonction des actualités et des phases de développement du pôle.