2018 – Définition des contours du projet, réunion d’une équipe opérationnelle, méthodologie et calendrier

Construction d’Alexandrie. Histoire d’Alexandre. – Bruges. 1470. ©BNF

e-c@na part du constat suivant : il n’existe pas de réseau en « Humanités numériques” ni de solution mutualisée et institutionnalisée pour accompagner les projets de numérisation et d’exploitation de corpus d’auteurs en Nouvelle Aquitaine. Les projets de l’équipe Archivos de Poitiers ou de l’équipe TELEM avec Mauriac en ligne, portés par les Universités de de Poitiers et de Bordeaux-Montaigne ont souhaité s’associer pour tenter d’apporter une réponse au problème et d’associer leurs expertises pour développer un pôle fédérateur dans l’accompagnement des projets sur les corpus d’auteurs dans le cadre d’une collaboration entre les chercheurs de tous les établissements scientifiques et culturels de la Nouvelle Aquitaine. 

Une équipe représentative des établissements de la région Nouvelle-Aquitaine a été réunie et différents partenaires issus du milieu de l’enseignement et de la recherche, et du milieu de la Culture ont été sollicités pour atteindre les objectifs de e-c@na.

Porteurs du projet

  • Philippe Baudorre, professeur de littérature française du XXe siècle, responsable du programme régional « Mauriac en ligne », vice-président du Centre François Mauriac de Malagar et président de son conseil scientifique.
  • Fatiha Idmhand, professeur de langue et civilisation ibériques à l’université de Poitiers, responsable du programme ANR-CHispa de 2014 à 2017 et coordinatrice adjointe du Consortium CAHIER (TGIR HumaNum), auquel sont rattachés ces deux projets.

Comité de pilotage

Fatiha Idmhand (Université de Poitiers), Philippe Baudorre (Université Bordeaux Montaigne), Jessica de Bideran (Université Bordeaux Montaigne)

Comité scientifique

Composé de scientifiques impliqués dans des projets autour de corpus d’auteurs de Nouvelle Aquitaine. La liste détaillée des membres de ce comité est disponible dans l’article “Les membres du réseaux”, ainsi que sur la page “A propos” :

  • Serge Linkès (CNU 9, La Rochelle)
  • Cécile Chantraine Braillon (CNU 14, La Rochelle)
  • Olivier Le Deuff (CNU 71, Bordeaux Montaigne)
  • Julien Baudry (SCD Bordeaux) 
  • Maria-Caterina Manes-Gallo (CNU 71, Bordeaux-Montaigne)
  • Lola Thion (CNU 14, UPPA)
  • Pascal Plas (CNU 22, Université de Limoges)
  • Alina Nastase (CNU 09, Académie de Poitiers)

Centres de recherches et équipes associées

TELEM («Textes, Littératures : Écritures et Modèles» EA 4195)

L’équipe d’Accueil TELEM, créée en 2005, rassemble enseignants-chercheurs et doctorants qui travaillent sur le langage, la langue, les textes et les cultures. Leur objet : les corpus littéraires et non littéraires. Elle est constituée en Centres et en Programmes. Les centres (CEREO, CECAES, Mauriac, Modernités, Montaigne, TELANCO) sont des structures pérennes reconnues au national et à l’international ; les programmes ont une durée calquée sur les différents contrats quinquennaux, et leurs axes de recherches sont des déclinaisons de deux programmes principaux : Axe A « Écritures à la limite » et Axe B « Fictions, Savoirs, Territoires ».

CRLA – Archivos (UMR 8132, Université Poitiers et Institut des textes et Manuscrits Modernes) et MSHS de Poitiers

Le CRLA-Archivos est né en 1995 de la fusion du Centre de Recherches Latino-Américaines de l’Université de Poitiers (CRLA) et du GDR 1190 « Archives de la Littérature Latino-Américaine et des Caraïbes du XXe siècle » (CNRS-Université de Paris X-Nanterre) et est membre de l’Unité Mixte de Recherche ITEM (Institut des textes et manuscrits modernes, UMR 8132 du CNRS). Le CRLA-Archivos est hébergé par la MSHS de Poitiers (membre du Réseau National des MSH), qui est dotée d’une importante plateforme de numérisation avec des scanners de pointe et une salle dédiée à la préservation des manuscrits. Cette plateforme s’inscrit dans le réseau des plateformes SCRIPTO du RnMSH.

Le fonctionnement du CRLA-Archivos est organisé autour de trois tâches principales : la recherche en littérature et en génétique des textes, la conservation et la préservation des patrimoines littéraires, et l’édition papier et numérique (avec notamment une expertise sur la chaîne de traitement des archives : choix et sélection des logiciels des métadonnées à des fins de recherches et de moissonnage, interopérabilité, chaînes éditoriales et relations avec les principales infrastructures nationales CAHIER et HumaNum lesquelles, à leur tour, sont en relation avec les opérateurs et infrastructures internationales comme DARIAH). 

MICA (MÉDIATIONS, INFORMATIONS, COMMUNICATION, ARTS, Université Bordeaux Montaigne, EA 4426)

Laboratoire de recherche en Sciences de l’information et de la communication et en Arts, il est le premier laboratoire français en nombre de chercheurs sur ces thématiques (68 enseignants chercheurs membres à temps plein ; 90 doctorants). 

Le laboratoire MICA se donne pour objectif l’analyse des modes de médiation et de communication des sociétés contemporaines (étude des flux de connaissances et d’information ; impact du développement des pratiques numériques sur les interactions) afin d’en éclairer les transformations et les évolutions.

Consortium CAHIER

Consortium interdisciplinaire de projets numériques, essentiellement éditoriaux et autour des corpus d’auteurs. Il constitue un espace d’échanges, d’expertise et de mutualisation de ressources, visant à améliorer la description des corpus, favoriser la reconversion et la pérennisation des formats, l’interopérabilité des données, l’évolution des métadonnées dans la perspective du web sémantique, la valorisation des productions, la promotion du libre accès aux corpus, proposer des ateliers de formation, faire connaître et tester différents outils de traitement des données… 

TGIR Huma-Num 

Très Grande Infrastructure de Recherche née en 2013. La TGIR Huma-Num a vocation à construire une infrastructure numérique de niveau international pour les SHS. Elle structure une communauté de consortia et de MSH constituées en réseau qu’elle accompagne dans les projets ayant pour objet les données de la recherche. Elle œuvre pour la promotion du libre accès et la FAIRisation des données de la recherche. 

Acteurs et partenaires institutionnels du Ministère de la culture

Les membres d’e-c@na dépendent de l’Enseignement supérieur et de la recherche, mais nos initiatives de médiation numérique autour de corpus d’auteurs ont pu compter sur la participation d’établissements culturels publics (archives, bibliothèques). Les corpus hébergés par ces institutions ont vocation à être exploités à la fois par le corps scientifique et pédagogique. Le secteur de la recherche peut contribuer aux actions de ces secteurs en mettant à disposition des infrastructures permettant la numérisation, la mise en ligne et l’exploitation des corpus. Logiquement, e-c@ana a réuni des partenaires issus de ces différents milieux et contribué à leurs propres politiques culturelles.

DRAC Nouvelle-Aquitaine (Direction Régionale des Affaires Culturelles)

Organisme public qui travaille de concert avec les collectivités territoriales (compétences partagées) pour identifier, structurer, accompagner des projets culturels et patrimoniaux. Dans le cadre d’e-c@na, nous sollicitons la DRAC Nouvelle-Aquitaine afin d’être accompagnés dans l’identification des candidats à l’accompagnement à la numérisation et/ou à la valorisation, la validation des projets et l’obtention de financements justifiés par le pendant culturel de nos activités et le statut des structures accompagnées.

Définition du projet et d’une méthodologie

L’équipe opérationnelle réunie et les partenaires identifiés, le projet doit désormais être défini et cadré. 

Questions préalables pour dessiner les contours du projet

1/ Qu’est ce qu’un Corpus ? 

Un corpus est un construit, un ensemble de textes , d’images rassemblés autour d’un auteur. En 2018, durant la première phase du projet, Jessica de Bideran a déployé une enquête dans les différentes bibliothèques de la régions, dont les réponses devaient permettre à la fois de cerner ce qu’était un corpus pour ces bibliothèques, et d’identifier, parmi leurs fonds, quels seraient les candidats à la numérisation et/ou à l’accompagnement à la mise en ligne et à la valorisation. 

2/ Enjeux identifiés autour des données : 

=> Accessibilité (plateforme, moissonnage, référencement) ?

=> Exploitation (collecte, traitement, métadonnées, outils / usages envisagés) ?

=> Interopérabilité (métadonnées, formats) ?

Délimitation des axes de recherche et répartition du travail en pôles de compétences

La conduite du projet s’est fondée, dans un second temps, sur la répartition de différents axes de travail entre les membres de l’équipe et les partenaires, en fonction des compétences historiques de chacun. 

Les axes de travail définis sont les suivants : 

  • Réflexion théorique et scientifique, management du projet et constitution
  • Numérisation et construction des fichiers / Saisie des métadonnées
  • Édition en ligne d’images, de données textuelles et de textes
  • Questions éthiques et droits
  • Exploitation des données (outils), diffusion et valorisation

Par la suite, ces axes de recherche, qui soulèvent des questions souvent transversales, ont conduit à une répartition du travail par grands pôles de compétences sur les questions de qualité des données, d’accessibilité des données et d’exploitation des données, que nous avons détaillés dans un précédent billet.

Programmation sur 3 ans

Les objectifs à atteindre, au terme des trente-six mois du programme sont doubles : rendre visibles et faire émerger les projets en Humanités Numériques de la région Nouvelle Aquitaine à l’échelle nationale et internationale par la création d’un pôle de ressources et de compétences pour les corpus d’auteurs ; constituer un espace permettant aux projets développés dans les universités de la région de se retrouver pour échanger et mutualiser les ressources et solutions.

  • 2018 – Etat des lieux, exploration scientifique et ateliers

Poursuite du travail d’enquête et de recensement des corpus littéraires numérisés ou susceptibles de l’être sur le territoire de la Nouvelle-Aquitaine, des solutions techniques utilisées, des problèmes rencontrés, des outils numériques existants. Le formulaire d’enquête, après avoir été envoyé aux bibliothèques municipales, sera envoyé aux centres d’archives de Nouvelle-Aquitaine. 

Proposition de formations avec la création d’une Ecole d’hiver à destination des doctorants (EnExDi)

Exploration scientifique, par l’organisation d’ateliers pratiques et de réflexions thématiques. Ces ateliers permettront d’expérimenter des protocoles et des outils, leurs résultats et les observations effectuées permettront de trouver et d’élaborer des solutions techniques et informatiques aux problèmes identifiés. Par exemple, un premier atelier “Métadonnées” se tiendra à La Rochelle en Juillet 2018. A partir d’un corpus extrait du Fonds Kessel, il s’agira de travailler sur la notion de “Réseaux d’amitiés” : Comment travailler sur cette notion dans le cadre d’une optimisation des métadonnées? Avec quelle démarche? La textométrie suffit-elle? Quelle exploration pédagogique? etc.

  • 2019 – Poursuite de la prospection, implication croissante dans les projets régionaux

Assurer une veille et un suivi des appels à projet du Ministère de la Culture et de la Communication avec un volet pédagogique fort (à l’instar du projet d’Alina Nastase sur La Bête Humaine d’E. Zola, exploité sous la forme d’un jeu vidéo).

Poursuite des ateliers de formation et d’exploration scientifique et thématique. 

Organisation de manifestations : Datathons, éditathons, journées d’études,… (Datathon sur les données de la recherche sur la guerre d’Espagne et l’exil républicain espagnol)

  • 2020 – Présentations et rencontres publiques, bilans et livrables

Poursuite des enquêtes, du travail d’exploration et d’analyse scientifique, de l‘accompagnement des projets régionaux autour des humanités numériques et des corpus d’auteurs et de l’implication dans le milieu de la culture avec le suivi des appels à projet du Ministère de la Culture et des projets accompagnés par la DRAC Nouvelle-Aquitaine.

à suivre…

2017-2018 – L’émergence du projet e-c@na : Une réflexion orientée par la question des usages.

photographie – Construction bâtiment Droit-Lettres de mars 1967 à juillet 1968 ; vue de la future BU Lettres et Sciences Humaines – ©Patriarche&co


Constat : 

Le développement de la numérisation et des accès aux textes patrimoniaux suscite une abondance de données disponibles, notamment celles des corpus d’auteurs. Ce constat permet d’entrevoir un nouveau potentiel d’exploitation de ces données, plus important, plus varié, ainsi que la diversification des publics susceptibles d’exploiter ces données, dans la perspective notamment de l’ouverture de la science et de la recherche aux usages pédagogiques et au grand public.

Il existe de nombreux projets et programmes de numérisation et d’exploitation de corpus d’auteurs en Nouvelle-Aquitaine. Ils sont souvent le fruit d’institutions culturelles publiques (centres d’archives et bibliothèques municipales), et parfois, à différentes étapes de leur développement (collecte de données, numérisation, indexation, choix des dispositifs permettant leur exploitation,…), ils rencontrent des difficultés par manque d’outils à disposition, de savoir-faire et de moyens coordonnés et homogénéisés. De fait, on constate qu’il manque en Nouvelle-Aquitaine un véritable espace qui permettrait l’échange autour des pratiques et la mutualisation d’outils et de compétences au service des projets de numérisation de corpus littéraires, comme il en existe par exemple en région Rhône-Alpes, avec  MutECco-piloté par l’Atelier des Humanités Numériques de l’ENS de Lyon et par le Service d’Ingénierie Documentaire de l’Institut des Sciences de l’Homme, MutEC met en place des actions de partage d’expériences et de savoir-faire en collaboration avec les laboratoires locaux engagés dans des projets d’éditions critiques et de corpus numériques”. On peut également citer  Lectura +, portail coopératif du patrimoine écrit et graphique de la région Auvergne-Rhône Alpes, qui se donne pour objectif de promouvoir et de dynamiser l’expérimentation numérique par les publics, des fonds patrimoniaux des bibliothèques.

Pour combiner ces aspects conservation, mutualisation, exploitation et médiation du patrimoine littéraire néo-aquitain, le projet émerge alors au sein des universités de Bordeaux-Montaigne et de Poitiers, de créer un Pôle pour l’Etude, la numérisation et l’exploitation des Corpus d’@uteurs en Nouvelle Aquitaine (e-c@na). Ce pôle permettrait d’accompagner les projets de numérisation de corpus régionaux, de leur donner une visibilité plus importante, et d’encourager les usages à la fois scientifiques et pédagogiques autour des corpus d’auteurs. 

Le premier corpus à rejoindre e-c@na : Mauriac en ligne 

Le projet “Mauriac en ligne” est porté par l’université de Bordeaux – Montaigne (TELEM – «Textes, Littératures : Écritures et Modèles» EA 4195). Cette équipe, ainsi que l’université de Poitiers (CRLA-Archivos – Centre de Recherches Latino-Américaines-Archivos, équipe de “l’Institut des Textes et Manuscrits Modernes” – ITEM, UMR 8132) est à l’origine de la réflexion sur la numérisation et la valorisation des corpus d’auteurs néo-aquitains, et du projet e-c@na.

“Mauriac en ligne” est un programme de numérisation et de mise en ligne de près d’un millier de textes de presse écrits par François Mauriac entre 1910 et 1945 et dispersés dans différents lieux de conservation. Son objectif n’est pas seulement la conservation mais aussi la valorisation et l’exploitation scientifique et pédagogique du corpus via les technologies numériques. 

En 2018 “Mauriac en ligne” est donc le premier corpus à rejoindre le programme e-c@na, et ce sont à la fois le bilan et les questions en suspens à ce moment-là autour du projet, qui orientent les axes de réflexion d’e-c@na à ce stade :

  • Les objectifs en termes de numérisation et de modalités de stockage sont atteints.  GED se fait sous OMEKA.
  • Les articles sont consultables et interrogeables, publiés en formats texte et PDF.
  • Le référencement est quasi optimal sur internet (“Mauriac en ligne” arrive en tête des résultats lors d’une requête via un moteur de recherche).

Toutefois, à ce stade, les porteurs du projet se demandent comment  :

  • développer une méthodologie d’indexation complète et systématique.
  • favoriser l’interopérabilité des données avec d’autres bases.
  • développer la dimension collaborative et la valorisation autour des travaux menés ou en cours dans un espace numérique dédié.
  • s’adapter aux usages en développant les contenus et outils d’exploitation selon les usagers et leurs pratiques (scientifiques, pédagogiques, pratiques libres – comment retenir le visiteur mené-là par hasard avec des expositions virtuelles, des parcours thématiques, de la géolocalisation, des liens avec l’actualité, etc.) 

On constate que la question des outils de traitement et d’exploitation des données des corpus d’auteurs, ainsi que celle de la valorisation par les usages demeurent des enjeux majeurs pour des projets tels que “Mauriac en ligne”.

Emergence de deux motivations principales qui sous-tendent le projet e-c@na :

  • Observer, analyser, questionner les potentialités éditoriales et d’usages, et à terme construire un espace numérique de mutualisation et d’échanges autour de ces usages.
    • A partir des usages, envisager et développer des outils communs permettant l’analyse et l’exploitation des données des corpus. 

Pour en savoir plus sur « Mauriac en ligne » aujourd’hui :

A lire : Philippe Baudorre et Jessica de Bideran, « Mauriac en une, Mauriac en livre, Mauriac en ligne. Réflexion sur les dispositifs éditoriaux », Humanités numériques [En ligne], 1 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2020, consulté le 12 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/revuehn/325 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revuehn.325