Les membres du projet e-C@NA

  • Julien Baudry (Pôle numérique du SCD Bordeaux Montaigne) est conservateur des bibliothèques et gère, avec ses collègues du service numérique, la plateforme 1886 des fonds patrimoniaux de la bibliothèque universitaire de Bordeaux Montaigne. Il participe à divers projets de numérisation et d’éditorialisation portés par des chercheurs de l’université, dont le projet Mauriac en ligne.
  • Philippe Baudorre (CNU 9, Bordeaux Montaigne), responsable du projet avec Fatiha Idmhand, dirige, depuis 2014, le projet Mauriac en ligne. A ce premier corpus de presse, la réflexion s’oriente aujourd’hui vers l’intégration de correspondances, du courrier des lecteurs ou encore des photographies conservés par le Centre François Mauriac de Malagar. Il a participé à une première expérimentation d’encodage XML-TEI de quelques textes réalisée sous la dir. de l’Université d’Exceter et est également membre du consortium CAHIER depuis 2015.
  • Jessica de Bideran (CNU 71, Bordeaux Montaigne) est actuellement ingénieure de recherche au sein de l’université Bordeaux Montaigne et de l’Université de Bordeaux. Chercheure associée au MICA, elle participe ainsi à plusieurs programmes de recherche où il est question de numérisation et de valorisation numérique des patrimoines (monumental, documentaire, littéraire, etc.)… 
  • Fatiha Idmhand (CNU 14, Poitiers), responsable du projet e-C@NA avec Philippe Baudorre, travaille sur la numérisation, la diffusion et l’exploitation informatique de corpus d’auteurs hispaniques. Ses recherches portent notamment sur les processus de création des œuvres produites « sous contraintes » situationnelles (exil, guerres) ou ludiques. Elle est coordinatrice adjointe du consortium CAHIER d’Huma-Num
  • Olivier Le Deuff (CNU 71, Bordeaux Montaigne) est actuellement co-porteur du projet ANR « HyperOTLET« . Paul Otlet fut un pionnier de la « normalisation »: ses archives se trouvent à Mons (Belgique). A l’échelle régionale, il développe, avec Franck Cormerais (Bordeaux Montaigne), un programme sur les archives de Robert Escarpit (universitaire, chroniqueur, littérature jeunesse, etc.).
  • Serge Linkès (CNU 9, La Rochelle) travaille, au sein de la génétique, en codicologie. Ses travaux l’ont amené à développer un outil numérique: MUSE. Actuellement, ses travaux portent sur le fonds Joseph Kessel dont le catalogage est en cours à la BU de La Rochelle (articles de journaux, brouillons, manuscrits du Lion, photographies, etc.)
  • Maria-Caterina Manes-Gallo (CNU 71, Bordeaux-Montaigne) travaille sur le Traitement Automatique des Langues et la reconnaissance linguistique. récemment elle a développé une approche sémiotique du numérique.
  • Lola Thion (CNU 14, UPPA)1, et moi-même qui collabore depuis 2014 à Mauriac en ligne en orientant plus précisément mes réflexions sur les valorisations possibles de ce patrimoine littéraire (usages pédagogiques, extension à d’autres fonds, etc.).
  1. Celle-ci travaille sur les réseaux transpyrénéens et transfrontaliers. Dans ce contexte elle porte plusieurs projets portant sur des auteurs locaux comme Joseph Peyré (roman, articles de presse et lien possible avec Kessel car nombreuses collaboration avec Gringoire) et sur Francis Jammes (lien possible ici avec Mauriac et plus largement les auteurs aquitains) ; d’autres fonds ont également été repérés à la Médiathèque des Gaves (Oloron) comme celui de Pierre-Jean Toulet ou de Jules Supervielle. []

Lancement du projet e-C@NA « Étudier, numériser et exploiter les Corpus d’@uteurs en Nouvelle Aquitaine »

e-C@NA c’est parti !

Le jeudi 05 avril a eu lieu la première journée de rencontre du programme de recherche e-C@NA. Cette journée, qui s’est déroulée à Bordeaux, a été l’occasion de réunir les premiers chercheurs néo-aquitains identifiés comme travaillant sur des « corpus d’auteurs » conservés de la région Nouvelle-Aquitaine ou travaillant dans la région sur de telles sources. Cette réunion, dont nous livrons ici un rapide compte-rendu, nous a permis de poser les grands objectifs du projet e-C@NA et les prochaines étapes du programme.

e-C@NA a pour objectif principal le développement d’un pôle de compétences en « Humanités Numériques » à l’échelle de la grande région Nouvelle-Aquitaine. Selon nous, deux éléments font actuellement défaut sur le territoire ou doivent être renforcées :

  • d’un point de vue conceptuel, une étude suivie et ample sur les usages des corpus numériques par, ce que nous appellerons de façon générique, les « lecteurs » manque à ce jour (on pourra consulter cet ouvrage : Patrimoine littéraire en ligne : la renaissance du lecteur ?). Il s’agit donc d’observer et de tirer des conclusions épistémologiques (et pragmatiques), des pratiques d’un lectorat dont le périmètre est à la fois scolaire, universitaire, scientifique et public (les élèves, les étudiants, les enseignants, les « publics » curieux et amateurs, etc.). En questionnant nos « méthodes éditoriales » depuis la perspective des pratiques, nous désirons appréhender la qualité de notre travail à l’aune de nouveaux critères;
  • d’un point de vue épistémologique, l’exploitation des données numériques constituées par les communautés qui travaillent sur les corpus d’auteurs en vue de produire de nouvelles analyses fait également défaut: quelles nouvelles connaissances avons-nous produites avec ces données?

Durant cette même rencontre, l’équipe a proposé une première définition de la notion de Corpus d’auteur. Un corpus est

  • une production critique : ce n’est pas un « donné »;
  • un ensemble, ou un sous-ensemble au sein d’une « collection », plus large elle, construit et justifié dans le but de répondre à une question scientifique ou à un objectif éditorial.

C’est autour de cette définition que se sont entendus les membres de l’équipe issus des Universités de Pau, Bordeaux, La Rochelle et Poitiers présents à cette occasion

Objectifs de e-C@NA

e-C@NA mêle des objectifs techniques et scientifiques dans une même démarche réflexive sur les études littéraires informatisées. Du point de vue technique, cela suppose d’affronter la question de l’exploitation des données numériques issues des projets de recherche sur/autour des corpus d’auteur et sous-entend trois enjeux :

  • Enjeu de la diffusion : comment rendre la donnée facile à trouver? Avec quelle plateforme, quel moissonnage, etc.
  • Enjeu de l’exploitation : comment rendre la donnée (correctement) exploitable? Avec quel traitement, à l’aide de quelles métadonnées? Pour quelle qualité? Selon quelle anticipation des usages…?
  • Enjeu de la réutilisation : comment, tout en rendant la donnée interopérable, la rendre réutilisable dans le but de la croiser avec d’autres données similaires?

D’un point de vue scientifique, l’enjeu du projet est épistémologique puisque l’exploitation des données numériques interroge des concepts usuels des « humanités » et requiert, dans certains cas, leur définition précise voire, leur circonscription. Ainsi, le contexte numérique, nécessite  de re-questionner:

  • la notion de « corpus » en milieu informatique;
  • les choix techniques et scientifiques qui, dès l’amont du projet, influencent l’interprétation de la donnée;
  • les implicites de nos méthodes.

Pour répondre à ces grands objectifs, des axes de recherches et des objectifs à court et moyen terme ont été définis autour de trois « Pôles »:

A. Pôle « QUALITÉ DES DONNÉES »

La façon de produire des données paraît bien « acquise » (normalisation, extraction, etc.) tant les formations semblent abonder et les projets numériques se multiplier, pourtant, a-t-on réellement interrogé la qualité de celles-ci? A-t-on questionné des corpus numériques? Comment « bien » diffuser et produire des données de qualité?

Pour engager le travail, le pôle s’appuiera sur les « livrables » de chaque projet pour tester des hypothèses scientifiques tout en examinant la qualité de ces données.

B. Pôle « ACCESSIBILITÉ DES DONNÉES »

Les enjeux de l’accès aux sources posent différentes questions, comme celles de la récupération des données numériques produites au début des années 1995-2000 par exemple, avec des technologies aujourd’hui devenues « obsolètes »? Comment les récupérer et convertir dans les formats interopérables actuellement utilisés?

C. Pôle « EXPLOITATION DES DONNÉES »

L’exploitation scientifique des corpus numériques est celle du croisement des données informatiques et des questions scientifiques qu’elle permet ou suscite. Comment croiser les informations issues de deux corpus différentes? Quelle serait la logique d’extraction à mettre en œuvre? Comment la formaliser? Comment manipuler les données de façon à les traiter informatiquement? En gros, comment dépasser la simple interrogation lexicale?

Calendrier

Pour répondre à ces diverses questions, le programme avec deux propositions:

  • M1 à M6 : Phase d’enquête

Réalisation d’une enquête à l’échelle de la Nouvelle-Aquitaine à destination des bibliothèques et des structures d’archives afin de recenser et de géolocaliser les corpus d’auteurs potentiellement exploitables

  • M1 à M7 : Premières exploitations scientifiques

Dans le cadre d’un premier atelier « Métadonnées » (Juillet 2018, La Rochelle), il s’agira d’étudier des champs de métadonnées en vue de leur exploitation: il s’agira d’en étudier la portée, la finesse et la qualité en vue d’améliorer celles-ci.

A suivre …

e-C@NA

Le projet e-C@NA est un projet financé par la région Nouvelle-Aquitaine de 2018 à 2021 co-porté par les équipes « CRLA-Archivos » de l’Institut des Textes et Manuscrits Modernes (UMR8132) à l’Université de Poitiers (Pr. Fatiha Idmhand) et l’équipe TELEM « Textes, Littératures : Écritures et Modèles » (EA 4195) de l’Université Bordeaux Montaigne (Pr. Philippe Baudorre). L’objectif d’e-C@NA est de construire, en région Nouvelle-Aquitaine, un espace d’échange pour les « Humanités numériques » autour des projets et programmes scientifiques liés aux « corpus d’auteurs ». S’il existe en effet actuellement des équipements techniques importants dans les universités de la région et des chercheurs très actifs et reconnus dans le domaine des « Humanités numériques », leurs projets, connus ou émergents, ne peuvent, faute d’espace d’échange ou de structure reconnue, partager leurs expériences, leurs difficultés et/ou leurs solutions techniques et théoriques. e-C@NA vise à créer ce réseau en Nouvelle-Aquitaine. Il s’agit donc de constituer l’espace scientifique qui manque à l’heure actuel sur notre territoire pour échanger et construire les solutions technologiques et théoriques permettant de relever le défi de la transformation numérique des objets d’études de la littérature et de publicisation des patrimoines littéraires.