William Ellison et Christian Coste, bénévoles wikipédiens.

Alors qu’une partie de la communauté pédagogique et scientifique aura tendance à questionner l’impact des réseaux sociaux sur la transmission des savoirs, on constate que Wikipédia, encyclopédie collaborative et réseau social culturel de référence gagne en intérêt, en rigueur et en qualité des connaissances diffusées. On peut désormais se permettre d’avancer que la contribution sur Wikipédia constitue aujourd’hui un mode de valorisation et de médiation scientifique et culturelle à part entière dont tendent à s’emparer amateurs et professionnels du patrimoine.

Une association de Wikipédiens en Nouvelle-Aquitaine pour assurer une médiation patrimoniale en ligne.

Au sein de la Cubale, association de contributeurs sur Wikipédia de Bordeaux et sa région, William Ellison et Christian Coste, mettent en valeur le patrimoine de la région et ses écrivains. 
Le groupe forme un espace de rencontre, avec des réunions régulières, des ateliers et anime des discussions autour de nouveaux sujets pour alimenter Wikipédia, généralement au sujet du patrimoine aquitain. 
Composé en moyenne d’une dizaine de personnes, de toute génération, le groupe présente une base stable d’adhérents avec un petit taux de renouvellement annuel, réunit autour d’un intérêt commun pour la valorisation du patrimoine et des figures locales. Il tient des ateliers à la bibliothèque municipale de Bordeaux (site de Mériadeck) dans la salle informatique mise à sa disposition tous les derniers samedis du mois. Ces ateliers sont ouverts aux publics qui voudraient s’initier à internet et contribuer à Wikipédia. Le groupe bénéficie du soutien et de l’assistance des bibliothécaires pour la mise à disposition de matériel informatique et d’archives. 

Les wikipédiens de la Cubale, contributeurs bénévoles à la valorisation en ligne du patrimoine

William Ellison

W. Ellison est un mathématicien et physicien britannique, chercheur au CNRS à Bordeaux, aujourd’hui retraité et résidant en Nouvelle-Aquitaine.
Interpellé par le riche patrimoine de la région, il a souhaité le mettre en valeur, d’abord un peu par hasard, via Wikipédia, en publiant de petits articles. Repéré par d’autres contributeurs locaux, il est invité à rejoindre la Cubale.
W. Ellison est l’auteur de nombreux articles et en particulier d’une série de pages concernant la famille d’Abbadie.

Pour voir la liste de ses travaux sur Wikipédia (articles créés et modifications sur d’autres textes) : 
https://fr.wikipedia.org/wiki/Utilisateur:William_Ellison 

Christian Coste

C. Coste est un ancien magistrat résidant aujourd’hui en Nouvelle-Aquitaine. Il est également blogueur littéraire, à l’origine d’un “cabinet de curiosités” que vous pouvez consulter à cette adresse : https://diacritiques.blogspot.com/. C’est ce blog, Diacritiques, qui l’a amené à Wikipédia en 2008, car il y puisait des d’informations pour ses articles. Il a alors rejoint le groupe de la Cubale, 
Pour ses futurs projets éditoriaux, C. Coste envisage de profiter pleinement du patrimoine d’auteurs conservé à la bibliothèque Mériadeck, en particulier un travail autour des archives laissées par Etienne Cleirac, avocat bordelais du XVIIe siècle auteur d’un traité de droit maritime dont la bibliothèque possède le manuscrit.

Pour voir la liste de ses travaux sur Wikipédia :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Utilisateur:C%C3%A9C%C3%A9dille#Articles_cr%C3%A9%C3%A9s 

La famille d’Abbadie sur Wikipédia –  Assurer une valorisation et une médiation à la fois grand public et scientifique

W. Ellison s’est intéressé aux frères Antoine et Arnaud D’abbadie, écrivains, scientifiques et explorateurs. Il a consacré son premier article à Antoine D’Abbadie, l’aîné de la fratrie. Un article existait sur Wikipédia, mais il avait besoin de mises à jour et d’améliorations. En s’intéressant à Antoine il découvre son frère Arnauld.

Photographie de 1893. Arnaud D’Abbadie en habits éthiopiens.

Les deux frères ont parcouru l’Ethiopie pendant 11 ans. Antoine, explorateur et scientifique, produit une série de carnets de voyages qui font actuellement l’objet de transcriptions via une application de transcription collaborative de la BnF/CNRS. Arnaud, à la fois aventurier, diplomate et humaniste, a mis ses compétences au service d’une tentative d’unification de l’Ethiopie au sein d’un empire Chrétien sous la protection de la France. Ses voyages et son ambition font dire à William Ellison qu’Arnaud d’Abbadie pourrait être considéré comme le Lawrence D’Arabie français, et qu’il mériterait amplement qu’on lui dédie une monographie.
Pour alimenter ses articles W. Ellison utilise essentiellement la documentation disponible en ligne. Il a également pris contact avec les propriétaires actuels du château des D’Abbadie, où sont également conservées les archives de la famille. Ultérieurement, la possibilité de consulter les archives permettra de corriger et d’enrichir encore les articles en ligne, ainsi que de mettre en valeur un fonds d’archives (privé) encore méconnu

Articles sur la famille D’Abbadie :

La Cubale et Les Lettres persanes – Mettre en avant le potentiel pédagogique de Wikipédia

Un Editathon a été consacré par le groupe de rédacteurs aquitains à la contribution wikipédia au dernier samedi de septembre (25/09/2021). L’objectif dans cadre du Tricentenaire des Lettres persanes est d’atténuer le regard critique sur les publications wikipédia et d’en faire un matériel pédagogique. Il s’agit pour le groupe de travailler sur l’article consacré aux lettres persanes et lui apporter une plus-value : enrichir l’article principal avec une carte interactive par exemple (faire une carte interactive du voyage des 2 persans par exemple ; mettre en exergue les citations extraites des lettres persanes avec lien vers la lettre d’origine de la citation), et le rendre plus visible et attractif. 

Wikipédia – Espace d’édition démocratique qui présente un réel intérêt scientifique et pédagogie

Wikipédia, c’est : l’absence de limite éditoriale, différentes couches d’édition autour d’un article ce qui confère au site une importante profondeur, une page de discussion, de brouillon, l’obligation de sourcer les articles, l’intégration de métadonnées qui permettent de documentariser les articles et de les rendre trouvables via les moteurs de recherche, des instruments d’analyse statistique (on remarque par exemple que la consultation d’œuvres au programme scolaire augmente avant les examens, la consultation d’articles sur des romans augmente avec les vacances, un programme tv influe également sur les consultations) et la possibilité d’écrire sur tous les sujets. Toutefois, les articles sont soumis à des conditions de recevabilité. Si la personnalité sur laquelle on souhaite écrire ne remplit pas certaines conditions de notoriété, on ne peut pas faire de notice Wikipédia. Un membre peut pour cette raison soumettre au vote une décision de suppression de l’article. 
Ce réseau social encyclopédique est un véritable outil de valorisation des fonds documentaires (ouvrages, archives, images, manuscrits etc.) du domaine public, qui peinent souvent à sortir des placards de leurs sites (physiques et numériques) de conservation. En effet, l’obligation de citation des sources donne à ces dernières une nouvelle vigueur, de la visibilité et peut apporter une impulsion dans leur consultation. Mais dans la limite subjective de l’intérêt qu’un sujet peut représenter. 
De la traduction d’article est possible pour contribuer et enrichir le Wikipédia d’un idiome. Cela impose néanmoins d’actualiser et de relocaliser les sources.
Finalement, selon William Ellison et Christian Coste, on pourrait rapprocher la rédaction sur Wikipédia de celle d’un article scientifique : respect du droit d’auteur, propos sourcés, relecture par les pairs (wikipédiens), avec en plus l’aspect collaboratif de la modification et de l’enrichissement par d’autres.
En ce sens, Wikipédia représente un médium sérieux et accessible pour la valorisation scientifique, culturelle, patrimoniale… dont les universités commencent à saisir l’importance et s’emparent.

Une nouvelle manière d’envisager la médiation et la valorisation numérique du patrimoine

Ellison et Ch. Coste interviennent à l’université de Bordeaux pour former les étudiants à la rédaction d’articles sur Wikipédia dans le cadre d’un projet qui intègre le programme pédagogique Master 1 Patrimoine et Musées de l’Université Bordeaux Montaigne en 2015. L’objet de ce programme est l’exploration et l’exploitation des ressources patrimoniales détenues et mises à disposition par l’Université Bordeaux-Montaigne à travers la pratique de l’écriture web. 
Objectif : intégrer au cursus universitaire du patrimoine un projet qui permette d’interroger et de renouveler les pratiques professionnelles.

  • Création et édition d’articles en ligne qui mettent en valeur les fonds patrimoniaux de la bibliothèque de l’Université Bordeaux-Montaigne
  • Sensibiliser les étudiants aux questions de droit et de circulation des images en ligne. 
  • S’interroger sur le mode de travail collaboratif, son intérêt et ses limites
  • Faire réfléchir les futurs professionnels du patrimoine aux modes de transmission des savoirs.

Pour en savoir plus :

2020 – Bilan de l’année, livrables et prospective

Bibliothèque nationale de France

Second bilan à la fin de l’année 2020

En automne et en hiver 2020, les restrictions sanitaires impactent moins le bon déroulé du projet. Les outils numériques à notre disposition nous permettent de pallier à certaines limitations et les formations, réunions, ainsi que l’éditathon qui avait été annulé au mois de Mai, ont lieu en distanciel. 

Toutefois, alors que les difficultés engendrées par la crise sanitaire s’amoindrissent, d’autres se font jour, du fait de l’étendue territoriale du projet.

Des difficultés liées à la taille de la région et à l’éclatement géographique des pôles.

5 pôles universitaires sont impliqués au sein d’e-c@na, avec pour effet de garantir la diversité et la complémentarité des sources, des acteurs, des moyens, et son dynamisme. Or, on  note également un éclatement des acteurs et espaces de conservation des archives (bibliothèques, centres d’archives, maisons d’écrivains, etc.), des acteurs en charge de la numérisation et de la valorisation des corpus, l’absence à l’échelle régionale de mutualisation des compétences en ingénierie documentaire et des plans de numérisation et de valorisation.

Ces difficultés sont augmentées par un réseau de transports au maillage hétérogène et les distances importantes entre les pôles. 

Afin de palier à ces limites, différentes actions ont été mises en place :

  • Poursuivre le travail de terrain pour consolider le réseau d’acteurs de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (réunions fréquentes des équipes, poursuite des ateliers de formation EnExDi, rencontres et publications scientifiques, travaux de réunification des corpus et analyse).
  • Impliquer davantage le secteur de la Culture : nous souhaitons parvenir à engager la BnF, principal acteur à l’échelle nationale de la conservation, de la numérisation et de la valorisation du patrimoine littéraire, à nos côtés ainsi qu’avec les structures en charge de l’animation des réseaux professionnels constitués autour du patrimoine littéraire (Drac Nouvelle-Aquitaine, ALCA). Nous envisageons de solliciter les services de la BnF pour la création d’une plateforme commune de numérisation et de valorisation des corpus d’auteurs régionaux, en partenariat avec le Centre d’Innovation Sociétal UBIC qui nous accompagne dans la suite de cette action.
  • Consolider le partenariat entre les acteurs de l’ESR et de la Culture : nous coorganisons avec UBIC les 23-24 novembre 2020 un éditathon avec le soutien de la Drac Nouvelle-Aquitaine et l’ALCA dans le cadre d’une  initiative de recherche-action consacrée à la Numérisation et valorisation des patrimoines d’auteurs néo-aquitains. Le travail de réflexion porte sur la co-construction de cette plateforme de numérisation et de valorisation évoquée plus haut, et les questionnements qui en découlent (pratiques des différentes parties prenantes du projet, modes d’accompagnement des acteurs du territoire, moyens techniques et intellectuels mis en œuvre).

Dans le cadre d’un projet de numérisation et de valorisation du patrimoine écrit, au sein duquel nous souhaitons impliquer à la fois des acteurs de la recherche et de la culture, il nous a semblé nécessaire à ce stade de faire appel à la BnF, principal acteur national dans ce domaine. Depuis plusieurs années, la BnF a mis au point un service de type bibliothèque numérique qu’elle déploie en région à la demande des institutions culturelles publiques. Il s’agit de développer à l’échelle locale (centres d’archives, réseaux de bibliothèques, agglomérations et communautés d’agglomérations, …) des plateformes en ligne proposant des ressources et des outils conçus à l’origine pour Gallica.

Livrable choisi : une plateforme de type Gallica marque blanche

Qu’est ce que c’est ?

A travers le projet de Gallica marque blanche (GMB), la BnF propose de mutualiser les outils et les services développés pour Gallica et d’en faire profiter ses partenaires, en proposant une offre de bibliothèque numérique en Marque Blanche.
Il s’agit d’un service réciproque, basé sur une logique d’enrichissement mutuel : les documents numérisés et mis en ligne viennent également enrichir les collections de Gallica.
Cette offre s’adresse aux établissements et organismes ayant numérisé ou souhaitant numériser une partie de leurs collections, mais n’ayant pas de plateforme de diffusion.

Le principe :

  • S’intégrer à la plateforme nationale.
  • En retour, bénéficier de la mise en place d’une bibliothèque numérique à son nom et avec une ergonomie choisie. 

Cela implique que la BnF assure le stockage des documents. Toutefois elle ne se substitue pas à un service d’archivage pérenne du type de celui proposé par le CINES, par certains services publics (notamment au sein des collectivités territoriales) ou par un opérateur privé. 

Techniquement :

Un environnement fonctionnel existant, des documents conservés sur un entrepôt commun, un schéma de départ similaire à Gallica, une ergonomie propre, des fonctionnalités qui évoluent avec la plateforme “mère” et pas indépendamment. Les partenaires acceptent cette forme d’interdépendance et de réciprocité en signant au préalable une convention avec la BnF. 

Engagements coté BnF

Engagements coté partenaire

Gestion, pilotage et suivi du projet sur le long terme

Mise à disposition pour le partenaire des personnes ressources 

Mise en place de l’infrastructure technique et réalisation de la bibliothèque numérique

Entretien et maintenance du site

Implémentation des évolutions techniques dans le site Marque Blanche

Gestion du projet coté partenaire avec mise en place d’une équipe opérationnelle dédiée

Mise en conformité des documents numériques selon les normes et recommandations édictées par la BNF en vue de leur intégration sur la plateforme nationale

Charte éditoriale et graphique à destination de la BNF pour la création du site en Marque Blanche

Enrichissement du site

Gestion du nom de domaine

Valorisation du site

Quelques exemples :

Nutrisco (Le Havre) : projet à l’échelle de l’agglomération. Les documents sont fournis par plusieurs institutions détentrices de patrimoine écrit (bibliothèque municipale, archives municipales, centre de recherches historiques, …)

Commun patrimoine : bibliothèque numérique patrimoniale du réseau des médiathèques de Plaine Commune

Yroise : Bibliothèque numérique de Brest

Pireneas : à la demande de la communauté d’agglomération Pau-Béarn-Pyrénées. C’est un fonds géographiquement étendu (Béarn et Midi-Pyrénées).

Rosalis : la bibliothèque patrimoniale de Toulouse est passée en Marque Blanche en 2020

Numistral : la BNU de Strasbourg est la 1ère à avoir intégré le dispositif Gallica marque blanche. 

Pour en savoir plus :

https://www.bnf.fr/fr/gallica-marque-blanche

https://www.bnf.fr/sites/default/files/2020-07/Gallica_marque_blanche_ete20.pdf

Pour conclure :

Le choix d’une bibliothèque en Gallica marque blanche nous semble être en cohérence avec l’ambition d’e-c@na de mobiliser un réseau de partenaires diversifié (institutions scientifiques et culturelles publiques), formant un maillage territorial à la fois dense et étendu (de l’échelle locale à régionale), au sein d’un projet régional censé toucher un public large, dépassant les frontières du domaine universitaire. 

Dans les faits, le projet présenté à la BnF par e-c@na, de bibliothèque numérique patrimoniale dédiée aux corpus d’auteurs de la Nouvelle-Aquitaine, est un projet ambitieux, à l’échelle d’une région, impliquant un réseau étendu de partenaires. Compte tenu de son envergure, il ne pourrait voir le jour qu’à partir de 2024. En attendant le groupe réfléchit à un livrable intermédiaire…