Les membres du réseau_


e-c@na fédère un groupe de chercheurs, d’ingénieurs et de conservateurs qui exploite, depuis différents points de vues, les patrimoines et corpus numérisés.

  • Julien Baudry

    (Pôle numérique du SCD Bordeaux Montaigne) est conservateur des bibliothèques et gère, avec ses collègues du service numérique, la plateforme 1886 des fonds patrimoniaux de la bibliothèque universitaire de Bordeaux Montaigne. Il participe à divers projets de numérisation et d’éditorialisation portés par des chercheurs de l’université, dont le projet Mauriac en ligne.

  • Philippe Baudorre

    (CNU 9, Bordeaux Montaigne), responsable du projet avec Fatiha Idmhand, dirige, depuis 2014 le projet Mauriac en ligne. A ce premier corpus de presse, la réflexion s’oriente aujourd’hui vers l’intégration de correspondances, du courrier des lecteurs ou encore des photographies conservés par le Centre François Mauriac de Malagar. Il a participé à une première expérimentation d’encodage XML-TEI de quelques textes réalisée sous la direction de l’Université d’Exceter. Il est également membre du consortium CAHIER depuis 2015.

  • Jessica de Bideran

    (CNU 71, Bordeaux Montaigne) est actuellement ingénieure de recherche au sein de l’université Bordeaux Montaigne. Chercheure associée au MICA, elle participe ainsi à plusieurs programmes de recherche où il est question de numérisation et de valorisation numérique des patrimoines (documentaire, littéraire, etc.).

  • Fatiha Idmhand

    (CNU 14, Poitiers), responsable du projet e-c@na avec Philippe Baudorre, travaille sur la numérisation, la diffusion et l’exploitation informatique de corpus d’auteurs hispaniques. Ses recherches portent notamment sur les processus de création des œuvres produites “sous contraintes” situationnelles (exil, guerres) ou ludiques. Elle est coordinatrice adjointe du consortium CAHIER d’Huma-Num.

  • Olivier Le Deuff

    (CNU 71, Bordeaux Montaigne) est actuellement co-porteur du projet ANR “HyperOTLET“. Paul Otlet fut un pionnier de la “normalisation”: ses archives se trouvent à Mons (Belgique). A l’échelle régionale, il développe, avec Franck Cormerais (Bordeaux Montaigne), un programme sur les archives de Robert Escarpit (universitaire, chroniqueur, littérature jeunesse, etc.).

 

  • Serge Linkès

    (CNU 9, La Rochelle) travaille, au sein de la génétique, en codicologie. Ses travaux l’ont amené à développer un outil numérique: MUSE. Actuellement, ses recherches portent sur le fonds Joseph Kessel dont le catalogage est en cours à la BU de La Rochelle (articles de journaux, brouillons, manuscrits du Lion, photographies, etc.).

  • Maria-Caterina Manes-Gallo

    (CNU 71, Bordeaux-Montaigne) travaille sur le Traitement Automatique des Langues et la reconnaissance linguistique. Récemment elle a développé une approche sémiotique du numérique.

  • Pascal Plas

    (CNU 22, Limoges) travaille sur les guerres et conflits des  XIXème et XXème siècles. Chercheur en Histoire et en droit, il étudie également le post-conflit (approche anthropologique), les mémoires, les destructions-spoliations-restitutions ; les sciences politiques (relations internationales) et histoire des professions judiciaires, histoire de la justice. Rattaché aux laboratoires OMIJ et IHTP/CNRS, il est également Directeur de l’IiRCO et Responsable de la Chaire d’excellence Gestion du conflit et de l’après-conflit.

  • Lola Thion

    (CNU 14, UPPA) travaille sur les réseaux transpyrénéens et transfrontaliers. Dans ce contexte elle porte plusieurs projets portant sur des auteurs locaux comme Joseph Peyré (roman, articles de presse et lien possible avec Kessel car nombreuses collaboration avec Gringoire) et Francis Jammes ; d’autres fonds ont également été repérés à la Médiathèque des Gaves (Oloron) comme celui de Pierre-Jean Toulet ou de Jules Supervielle.

 

Pour mieux connaître l’ensemble des membres, consultez la page A propos.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.