Day of DH2021 – Journée internationale des Humanités Numériques –

Le 29 avril célèbre la Journée internationale des Humanités Numériques -Day of DH2021-. Le « Day in the Life of the Digital Humanities » est un événement virtuel lors duquel les humanistes numériques du monde entier documentent ce qu’ils font. L’évènement est né à l’Université d’Alberta en 2009 et est « virtuellement » accueilli par une institution différente tous les ans. L’évènement a également lieu sur twitter #dayofdh2021. Pour en savoir plus sur celui-ci, consultez le site du CenterNet : https://dhcenternet.org/initiatives/day-of-dh/
Pour célébrer ce jour, nous vous invitons à découvrir les travaux de deux groupes d’étudiants: celui des L2 « Arts du spectacle » et leur projet de revue CATHARTIST; et celui des L3 LLCER Espagnol, une réédition des récits de Horacio Quiroga.
Bonne lecture/écoute !

Seconde édition du « Printemps (virtuel) des humanités numériques »

Dans le cadre du « Printemps des SHS », nous vous invitons à la seconde édition du « Printemps (virtuel) des humanités numériques ».
L’évènement aura lieu à distance les jeudi 1er et 8 avril 2021: trois tables rondes thématiques seront consacrées à « la cartographie des récits », à « l’enseignement » et à « l’intelligence artificielle ».

Pour cet évènement, le lien de connexion sera https://meet.jit.si/printemps-HN (des liens de secours seront prévus en cas de problèmes).

Le programme en détail

*Jeudi 1er avril 2021 de 15h30 à 17h30 : Table ronde « Cartographie des récits »*

Modération : Marie-Hélène Lay (Université de Poitiers)
15h30-15h45 : Sebastien Caquard (Université Concordia, Montréal), « Le projet Atlascine : repenser la cartographie des récits »
15h45-16h00 : Ioana Galleron  (Université Paris 3 Sorbonne nouvelle) « Cartographie des lieux dans le théâtre français du XVIIè siècle »
16h00-16h30 : Discussion

Modération : Jessica De Bideran (Université Bordeaux Montaigne)
16h30-16h45 : Marianne Vergez-Couret (Université de Poitiers), Marie-Hélène Lay (Université de Poitiers), Mylène Cor (Université de Poitiers) & Eva Lescure (Université de Poitiers) : « Cartographie thématique de textes en poitevin-saintongeais »
16h45-17h00 : José Javier Alavez (Université Concordia, Montréal), « Cartographie exploratoire de la mort dans le contexte de migration au Québec »
17h00-17h30 : Discussion

*Jeudi 8 avril 2021 de 13h30 à 15h00 : Table ronde « Enseignement et numérique: au-delà de la compétence technique »*

Modération : Elie Allouche (Direction du numérique pour l’éducation – Ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports)
13h30-13h45 : Frédéric Clavert (Université du Luxembourg) « Apprendre le numérique et renouveler la critique des sources »
13h45-14h00 : Laurent Tessier (Institut Catholique de Paris) « Certifier des compétences numériques à l’université ? Comparaison des approches DH et EdTech »
14h00-14h15 : Sébastien Horna (Université de Poitiers), « La certification PIX à l’Université de Poitiers »
14h15-14h45 : Discussion

14h45-15h00 : Pause

*Jeudi 8 avril 2021 de 15h00 à 17h30 : Table ronde « Intelligence artificielle et sciences humaines: défis et passerelles »*

Modération : Estelle Debouy (Université de Poitiers)
15h00-15h15 : Alexandre Gefen (CNRS, Université Paris 3), « L’IA comme méthode, l’IA comme sujet en SHS »
15h15-15h30 : Farah Benamara (Université Paul Sabatier de Toulouse), « Détecter l’implicite dans les textes »
15h30-16h00 : Discussion

16h00-16h15 : Pause

Modération : Fatiha Idmhand (Université de Poitiers)
16h15-16h30 : Thierry Olive (Université de Poitiers) « Le processus de textualisation : de l’analyse comportementale du rédacteur à la modélisation par l’IA »
16h30-16h45 : Paul Dequidt (Université de Poitiers)  » Implémenter une IA : enjeux de choix, biais et représentations »
16h45-17h15 : Discussion

Les intervenants de l’édition 2021

*Jeudi 1er avril 2021 de 15h30 à 17h30 : Table ronde « Cartographie des récits »*

Sébastien Caquard est professeur agrégé au département de géographie, urbanisme et environnement de l’université Concordia (Montréal). Il est le co-directeur du Centre d’Histoire Orale et de Récits Numérisés (CHORN) et le directeur du Geomedia Lab. Ses recherches se situent à l’intersection de la cartographie, des technologies numériques, des sciences sociales et des humanités. Il s’intéresse notamment à la manière dont les cartes peuvent nous aider à révéler nos relations intimes aux lieux à travers la cartographie des récits, avec un intérêt tout particulier pour la cartographie des récits de vie d’exilés Rwandais.

Ioana Galleron  est Professeur à l’université Paris 3 Sorbonne nouvelle et spécialiste du théâtre français du XVIIè siècle (Comédie française de la période 1680-1740). Chercheure rattachée au LATTICE, elle est spécialisée dans la modélisation des données en humanités numériques, dans l’analyse littéraire assistée par ordinateur.

Marianne Vergez-Couret est Maîtresse de conférences à l’université de Poitiers et chercheure rattachée au laboratoire FoReLLIS. Ses travaux s’inscrivent dans plusieurs théories linguistiques du discours, parmi lesquelles la SDRT (Segmented Discourse Representation Theory). Dans sa thèse, elle a développé une nouvelle méthode pour l’analyse de la relation de discours Elaboration en corpus et a contribué significativement à la segmentation et l’annotation des corpus dans le projet ANNODIS (projet visant la création du premier corpus français annoté en relations de discours).

Marie-Hélène Lay est Professeur à l’université de Poitiers et chercheure rattachée au laboratoire FoReLLIS . Ses travaux s’inscrivent dans le champ de la linguistique sur Corpus, l’annotation manuelle et la lexicographie computationnelle.

Mylène Cor (Université de Poitiers) & Eva Lescure (Université de Poitiers) sont étudiantes du Département sciences du langages de l’UFR Lettres et langues.

José Javier Alavez est actuellement Doctorant à l’université Concordia de Montréal au département de géographie, d’urbanisme et d’environnement. Ses travaux s’appuient sur les nouvelles théories et pratiques cartographiques. Son projet doctoral porte sur l’étude des récits de vie d’individus ayant vécu la mort dans le contexte de la migration.

*Jeudi 8 avril 2021 de 13h30 à 15h00 : Table ronde « Enseignement et numérique: au-delà de la compétence technique »*

Frédéric Clavert est Professeur assistant au Luxembourg Centre for Contemporary and Digital History (C2DH, Université du Luxembourg). Historien des relations internationales économiques et monétaires de formation, il s’est progressivement orienté vers les humanités numériques et analyse aujourd’hui les échos de la Grande Guerre et de son Centenaire sur les réseaux sociaux numériques. Il a notamment publié Hjalmar Schacht, financier et diplomate et co-dirigé, avec Serge Noiret, L’histoire contemporaine à l’ère numérique.

Laurent Tessier est Professeur à l’Institut Catholique de Paris. Après un doctorat en sciences sociales, il a été recruté comme maître de conférences à l’Institut supérieur de pédagogie (faculté d’éducation de l’Institut catholique de Paris). Depuis 2019, il est Professeur à l’Institut Catholique de Paris. Ses enseignements et ses travaux de recherche portent aujourd’hui sur l’éducation au numérique, la culture des jeunes et l’audiovisuel.

Sébastien Horna est Maître de conférences en informatique à l’Université de Poitiers. Il enseigne dans les facultés de droit et d’informatique. Membre du laboratoire XLim-SIC (UMR7252), ses activités de recherches portent sur la synthèse d’images et concernent la modélisation géométrique à base topologique et l’utilisation de structures accélératrices pour des méthodes de rendu réaliste interactif.

*Jeudi 8 avril 2021 de 15h00 à 17h30 : Table ronde « Intelligence artificielle et sciences humaines: défis et passerelles »*

Alexandre Gefen est Directeur de recherche au CNRS et membre du laboratoire Théorie et histoire des arts et des littératures de la modernité (UMR7172, Thalim) et directeur adjoint scientifique à l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS. Critique littéraire, Alexandre Gefen est également cofondateur du site Fabula.org Ses travaux portent sur des questions de théorie littéraire appliquées à la littérature française contemporaine et notamment sur la question du statut, des fonctions et des effets de la fiction. Il s’intéresse également au champ des Humanités numériques, à travers des travaux portant sur le web scientifique, la philologie numérique et ses enjeux épistémologiques, les écritures en réseau et les cultures numériques et l’intelligence artificielle.

Farah Benamara est Maître de Conférences Habilitée à diriger les recherches à l’Université Toulouse III – Paul Sabatier et chercheure rattachée à l’Institut de recherche en informatique de Toulouse – IRIT – (CNRS/Toulouse INP/Université Toulouse III Paul Sabatier). Ses travaux portent sur les MEthodes et ingénierie des Langues, les Ontologies et Discours. Elle s’est intéressée à la détection de l’ironie, du sarcasme et des messages haineux dans les médias d’aujourd’hui.

Thierry Olive est Directeur de recherches au CNRS, affecté au Centre de Recherches sur la Cognition et l’ Apprentissage (CeRCA) de l’Université de Poitiers. Ses travaux portent sur les activités d’écriture (rédaction, prise de notes…), acquisition et difficultés, les processus d’écriture et le système cognitif, écriture et émotions, les outils d’écriture (ordinateur/clavier vs. papier/crayon).

Paul Dequidt est Docteur en informatique. Il a réalisé une thèse au sein du laboratoire XLIM, (UMR7252) et de l’entreprise CIFRE avec Siemens Healthcare SAS sur la caractérisation automatique du gliome diffus de bas grade (équipe DACTIM-MIS du LMA, UMR CNRS 7348, et CHU de Poitiers, dans le cadre du Labcom I3M). Ses recherches portent sur le traitement d’image et l’intelligence artificielle.

EDITATHON e-C@NA / PNVA

Après le DATATHON du 30-01-2020, e-C@NA et le projet « Numérisation et valorisation des patrimoines d’auteurs néo-aquitains » vous donnent rendez-vous pour un EDITATHON en ligne !

Day of DH2020 – Journée internationale des Humanités Numériques –

Le 29 avril célèbre la Journée internationale des Humanités Numériques -Day of DH2020-.
Le « Day in the Life of the Digital Humanities » est un événement virtuel où les humanistes numériques du monde entier documentent ce qu’ils font. L’évènement est né à l’Université d’Alberta en 2009 et depuis lors, il est « virtuellement » accueilli par une institution différente tous les ans. L’évènement a également lieu sur twitter #dayofdh2020.
Pour en savoir plus sur celui-ci, consultez le site du CenterNet : https://dhcenternet.org/initiatives/day-of-dh/
Pour célébrer ce jour, nous vous invitons à découvrir ci-dessous une expérience réalisée par les étudiants de L3 LLCER Espagnol dans le cadre du cours d’Humanités numériques: proposer une édition numérique de la célèbre œuvre de Julio Cortázar, Rayuela (Marelle).
Bonne lecture/écoute !

Le Printemps de la Recherche et des Humanités Numériques

Printemps de la Recherche et des Sciences Humaines

Dans le cadre des évènements scientifiques organisés partout en France pour le Printemps de la Recherche, e-C@NA et les chercheurs des Universités de Poitiers, La Rochelle, Bordeaux et Pau s’associent pour organiser le Printemps des Humanités Numériques !

Au programme à POITIERS

Au programme à LA ROCHELLE

Au programme à PAU

30-01-2020 Datathon sur les données de la recherche sur la Guerre d’Espagne et l’exil républicain

Guerres, conflits, exils & archives: le cas espagnol.
Datathon sur les données de la recherche sur la guerre d’Espagne et l’exil républicain espagnol

80 ans se sont écoulés depuis que la guerre civile espagnole et la dictature franquiste ont provoqué l’exil de plus de 480.000 personnes. Un demi-million de femmes et d’hommes appartenant à toutes les classes de la société espagnole ont dû fuir, parfois définitivement, un pays dévasté par l’un des conflits nationaux les plus sanglants du vingtième siècle. Durant l’année 2019, le gouvernement espagnol s’est associé son nom aux nombreuses manifestations scientifiques, artistiques et culturelles qui ont célébré, partout à travers le monde, la mémoire et surtout l’héritage intellectuel de cette génération exilée.

Le projet e-C@NA rejoint cette manifestation et organise, en contribution aux activités de clôture de ce cycle, une journée d’étude expérimentale sous forme de datathon scientifique. Ouverte à tou(te)s, la rencontre réunira des chercheurs experts de l’exil républicain espagnol, de la guerre d’Espagne et des archives de guerre, à des fondateurs de plateformes de données (textuelles, iconographiques, sonores, etc.) et des spécialistes de l’extraction de celles-ci. Le but de la rencontre est de confronter les bases de données constituées aux utilisateurs de celles-ci et aux méthodes de fouilles et d’extractions informatiques. Le but sera de susciter de nouvelles questions de recherches à partir des données consultées.

Les intervenants

AZNAR SOLER Manuel

BOCANEGRA BARBECHO Lidia | @Lidia_Bocanegra | lbocanegra@ugr.es
PhD. in History from the Universidad de Lleida (2006) with a thesis co-directed between Spain and Argentina; Lidia has also conducted international research stays in Ireland, Italy, Argentina, Colombia and Cuba. In addition to being a specialist in Spanish Republican exile and war memoirs, since 2009 she has specialized in public participation in research (Citizen Science) and in issues of identity and digital culture from Digital Humanities (DH) and Digital Public History disciplines. Since 2015, she is responsible researcher for DH through the Medialab UGR – Research Laboratory for Digital Culture and Society at Universidad de Granada. Lidia is also a specialist in research calls from the European Commission, DG Research & Innovation, at the same university and she has obtained a Master in European Project Design, through the Venice International University, Italy (2018). She has been the author, coauthor and editor of numerous scientific publications in national and international journals and publishers. Its international research project stands out: e-xiliad@s [exiliadosrepublicanos.info], doubly funded by the Spanish Government (2009 and 2011) and dedicated to collect unpublished and online sources about the anonymous Republican exile with citizen collaboration.

CHAGUE Alix
(fr) Diplômée de l’École nationale des chartes (Master « Technologies Numériques Appliquées à l’histoire »), Alix Chagué est ingénieure de recherche au sein de l’équipe-Inria ALMAnaCH et participe aux projets TIME-US et LECTAUREP, qui ont pour ambition de traiter de vastes corpus de documents historiques manuscrits et imprimés à l’aide d’outils automatiques d’analyse, de transcription et d’extraction d’informations.

(es) Egresada de la École nationale des chartes (Master « Technologies Numériques Appliquées à l’histoire »), Alix Chagué es ingeniera de investigación del equipo ALMAnaCH del Inria y participa en los proyectos TIME-US y LECTAUREP, que tienen por objetivo procesar extensos corpus de documentos historiques tanto manuscritos como impresos, utilizando herramientas automáticas de análisis, transcripción y extracción de información

CHANTRAINE Cécile

DE BIDERAN Jessica

PLAS Pascal
Chaire d’excellence Gestion du conflit et de l’après-conflit, Université de Limoges.
Pascal Plas est le directeur de l’Institut international de recherche sur la conflictualité (IiRCO). Spécialiste du post conflit pour ce qui relève de la justice pénale internationale, de la justice transitionnelle et des processus de réconciliation, des questions mémorielles, spoliations, réparations, restitutions. Coordonne une équipe qui gère une data base regroupant les archives (publiques et privées) se rapportant aux procès post conflictuels, internationaux et nationaux, archives traitées et valorisées pour l’ensemble des sciences humaines. CHANTRAINE Cécile

SUIRE Cyrille

VIÑALS Carole

Les corpus des sciences humaines du numérique en Nouvelle-Aquitaine_


Qu’est-ce qu’un corpus pour e-c@na? Pour répondre à cette question, nous avons d’abord travaillé sur la notion de « corpus d’auteurs ». 

Dans un premier temps, nous avons soumis aux bibliothèques du territoire un sondage permettant de situer, de leur point de vue, la notion de « corpus d’auteurs ». L’enquête, lancée en même temps qu’une autre, mise en place par la BnF dans le cadre du projet de « Pôle associé régional », a recueilli les réponses de toutes les bibliothèques universitaires de la région. Seules les bibliothèque de lecture publique des anciennes régions Poitou-Charentes et Limousin n’ont pas répondu. Les réponses recueillies nous ont montré qu’il était nécessaire d’étendre la notion de « corpus d’auteurs » à celle « d’ensemble de documents » constituant un « patrimoine littéraire ». Face aux nombreuses entreprises de numérisation portées, en particulier, par des structures de conservation et de valorisation des patrimoines littéraires (bibliothèques, archives, etc.), étendre cette définition permet d’assurer l’échange entre la recherche et les institutions chargées de numériser. 

Pour définir le « corpus d’auteur », François Rastier1 propose de partir du texte et de son lien avec un ensemble :

le texte [peut être entendu] comme l’unité minimale et le corpus comme l’ensemble dans lequel cette unité fait sens.

La contextualisation auctoriale est fréquente lorsqu’il s’agit de définir le « corpus », c’est ainsi que Thomas Lebarbé, en lien avec l’écrivain Stendhal et le projet d’édition numérique de ses journaux intimes, proposait lui aussi d’étendre la notion de « corpus » en incluant des « sous-corpus » (genre du journal, textes sur l’art, etc.)2.

Selon une même approche analogue, le consortium CAHIER a lui aussi proposé d’ouvrir la notion d’auteur en l’associant à la production:

L’auteur est donc une personne ayant produit une « oeuvre » relevant de la littérature, de la philosophie ou plus largement d’une production liée à une activité artistique et/ou professionnelle (journalisme, critique, enseignement, etc.).

Les professionnels des bibliothèques ou médiathèques de la région ont eux aussi une définition « large » du « corpus d’auteurs » qu’ils conservent et communiquent: le « corpus » est l’ensemble de documents constitué autour de l’auteur entendu comme écrivain, poète, philosophe, etc. ou comme personnage ayant produit une « oeuvre » écrite et/ou iconographique. Et ce, qu’il soit historien de l’art3, journaliste4, homme politique5 ou plus largement un érudit fasciné par des sujets aussi divers que le folklore local6 ou le spiritisme7.

Les raisons pour lesquelles ces corpus sont entrés dans les collections de ces structures : les auteurs « régionaux », c’est-à-dire originaires du territoire, sont majoritaires.

Nous avons pu constater que les « corpus d’auteurs » préservés par les institutions de la région réunissent des documents aussi divers que des manuscrits, des archives, des coupures de presse, des imprimés ou des photographies. Soulignons à cet égard le fonds Jean Vautrin (1933 – 2015) conservé par la Médiathèque Jean Vautrin de Gradignan (33) qui réunit des papiers mais aussi de nombreuses photographies, des sources sonores et documents numériques (disques durs, ordinateurs, clés USB, etc., un nouveau type de fonds qui posera, à l’avenir de nombreuses questions aux chercheurs). 

Les types de documents qui constituent ces corpus d’auteurs. On notera la grande diversité de ces derniers.

 

Il est intéressant de noter que seule la moitié des corpus repérés par notre étude a fait l’objet d’un signalement numérique via les catalogues des bibliothèques. En revanche, lorsqu’ils ont été signalés, les fonds font souvent l’objet d’une politique de numérisation.

Pour ces numérisations, les pratiques de ces professionnels visent souvent, en premier lieu, la conservation des documents et le traitement interne sans mise en ligne. Selon les cas, les bibliothèques peuvent mettre en ligne des facs-similés numériques consultables en mode image (avec ou sans OCR). Toutefois, très peu prennent en charge la transcription du texte.

En revanche les pratiques de valorisation web par l’éditorialisation (exposition virtuelle, blog, réseaux sociaux, etc.) sont assez communément répandues. de nombreux projets développés autour de ces corpus visent la valorisation (conférences ou lectures publiques, expositions en ligne ou physique et projets pédagogiques) mais assez peu l’exploitation scientifique: 70% des répondants nous ont signalé avoir des difficultés à mettre en place des partenariats avec la recherche et 100% des professionnels nous ayant répondu signalent être intéressés par la mise en réseau que nous souhaitons développer.

 

Pour conclure, e-c@na a proposé de définir le corpus comme « un ensemble cohérent de documents renseignant sur l’œuvre d’un auteur ou sur une question posée par la recherche scientifique« . Nous étendons la notion de corpus au-delà du seul cadre auctorial pour intégrer la question de recherche.

A suivre…

Cite this article as: Jessica de Bideran, "Les corpus des sciences humaines du numérique en Nouvelle-Aquitaine_," in e-C@NA, 03/11/2018, https://ecana.hypotheses.org/34.


Edit : Pour compléter ce court billet, on pourra consulter le rapport d’enquête ALCA portant sur les collections patrimoniales des bibliothèques de Nouvelle-Aquitaine

 

  1. François Rastier, Arts et sciences du texte, PUF, Paris, 2001. []
  2. Thomas Lebarbé, « Du corpus littéraire au corpus linguistique : dématérialisation, restructuration, lectures rhizomatiques et analyses linguistiques des manuscrits« , Corpus, 8, 2009, 221-239. []
  3. Citons à titre d’exemple Charles Marionneau (1823 – 1896), peintre et historien de l’art dont une grande partie de l’oeuvre est conservée par la bibliothèque municipale de Bordeaux. []
  4. Tel Guy de Pierrefeux, pseudonyme de Daniel Auschitzky (1864 – 1937) dont les écrits sont gérés par le Service d’Archives communales de Lège-Cap Ferret (33). []
  5. A l’image de Louis Barthou (1832 – 1934) dont la Médiathèque des Gaves (64) conserve de nombreux documents. []
  6. Tel Félix Arnaudin (1844 – 1921) linguiste, folkloriste, historien, ethnologue, poète et photographe de la Haute-Lande dont les fonds sont éparpillés entre le Musée d’Aquitaine et la bibliothèque municipale de Bordeaux. []
  7. A l’image de Marcelle Prat de Jouvenel (1896 – 1971), auteure d’ouvrages sur le spiritisme dont les œuvres sont conservées par le Service d’Archives communales de Lège-Cap Ferret (33). []